La quête de l’Unité

Vendredi 12 Octobre 2018 à 20h30 – centre événementiel  de Courbevoie

ENTRÉE SANS RÉSERVATION : GRATUIT –  GRATUIT  – GRATUIT – GRATUIT

LabOrigins exceptionnel produit dans le cadre de la 8e édition du Festival Atmosphères

conçu et animé par Marie-Odile MONCHICOURT

LA QUÊTE DE L’UNITÉ

Plus le monde offre de variété et de multiplicité, plus les hommes ont besoin de rechercher une unité.

Les physiciens rêvent d’accéder à une physique du « Grand Tout » en unifiant les lois de l’infiniment petit (la physique quantique) avec celles de l’infiniment grand (la physique gravitationnelle). Ce rêve d’unification qui hante l’humanité depuis des millénaires intéresse aussi bien la science quelle que soit la discipline, que la politique, l’économie… sans oublier l’humain dans sa propre quête.

Avec par ordre alphabétique :

Jean-Claude AMEISEN (biologiste), Maïa BAROUH (flutiste et chanteuse), Jean-Pierre BIBRING (astrophysicien), Pierre CAYE (philosophe), Stéphane DUGOWSON (mathématicien), Anatole KHELIF (mathématicien) en duo avec EMMA LA CLOWN, Marc LACHIÈZE-REY (cosmologiste), Cyrille LEHN (pianiste), SHANDRA (yogi)

Centre événementiel de Courbevoie – 7, boulevard Aristide Briand –

Le hasard : l’auteur caché du grand récit.

Dimanche 24 juin 2018 à 18h30 au théâtre de la Reine Blanche – Paris 18ème

 

Ce soir-là, le hasard sera au centre de notre réflexion. Une mathématicienne ALICE GUIONNET, une physicienne ANNICK LESNE, un actuaire et philosophe CHRISTIAN WALTER viendront définir ce qu’est le hasard dans chacune de leur discipline.
Le hasard est-il une notion « fourre-tout » qui masque notre ignorance ? Est-il notre principal allié sur les tables de jeu ? Comment estimer la part du hasard ? Et l’entropie dans tout ça ?

Avec un saxophoniste OLIVIER DEFAYS et un magicien BEBEL BELKHEIR

Animé par ELISABETH BOUCHAUD

Réservation:  01 40 05 06 96 et www.laborigins.com ou As_24juinwww.reineblanche.com

L’origine est la matrice à partir de laquelle on forge l’avenir

Dimanche 27 mai 2018, 18H30, Théâtre de la Reine Blanche, 2bis Passage Ruelle, 75018 Paris.

Depuis quelques décennies seulement, en constatant que les galaxies s’éloignent les unes des autres, la communauté scientifique a accepté l’idée que l’Univers a une histoire qui s’écrit à chaque instant depuis 13 milliards 800 millions d’années. Cette découverte nous permet pour la première fois de nous situer dans cet Univers comme étant l’objet d’une multitude d’interactions au niveau de l’infiniment petit comme de l’infiniment grand. Au même titre que tout ce qui nous entoure, nous faisons partie d’une dynamique évolutive permanente.

L’histoire de nos origines telle qu’elle nous est aujourd’hui contée par la science, ne fait que s’ajouter à toutes celles qui ont permis aux sociétés de se structurer et à chaque individu d’y trouver sa place.

Avec Tobie Nathan, psychologue, spécialisé en ethnopsychiatrie.

Nathalie Besson, physicienne des particules.

Et François Essindi, musicien Camerounais, chanteur, conteur, danseur…

Spectacle présenté et animé par Marie-Odile Monchicourt

 

 

tumblr_inline_neiphmffvG1qfugee

 

 

 

Jouer à la pâte à modeler avec l’espace-temps

Dimanche 21 janvier 2018, 11h, Théâtre de la Reine Blanche, 2 bis Passage Ruelle, 75018 Paris –
Métro La Chapelle. 

Les Laborigins

Sur une idée originale de Marie-Odile Monchicourt

Présentent :

Jouer à la pâte à modeler avec l’espace-temps

Ou comment un mathématicien et une clown comprennent la relativité générale.

Avec le mathématicien Anatole Khelif & Emma la clown

Lorsque le grand Albert a proposé sa théorie de la relativité générale, il nous a obligé à admettre que la matière, l’espace et le temps étaient intimement liés. De quoi imaginer l’Univers comme une gigantesque pâte à modeler, terrain de jeu inépuisable pour le mathématicien Anatole Khelif et Emma la clown qui n’auront de cesse de nous faire gambader sur les courbures de l’espace-temps. Crampons conseillés….

Il est conseillé de réserver dès maintenant : billetterie en ligne / 01 40 05 06 96

Biographies :

Anatole Khelif :
Mathématicien, enseignant chercheur au CNRS, Université Pierre et Marie Curie, et Université Paris Diderot. Il est avec Alain Tarica, à l’origine du développement du concept des variétés stochastiques. Ils généralisent les variétés dites de Wiemann jusqu’alors disponibles en tant qu’espaces de dimension infinie différentiables munis d’une « mesure ». Le calcul de Malliavin représente pour ces variétés stochastiques un rôle analogue à celui joué par le calcul différentiel classique pour les variétés différentiables. Anatole Khelif a animé ses propres LabOrigins pour nous expliquer les variétés stochastiques et les Degrés ludiques avec Emma la Clown en Février 2016 et en Janvier 2017.

Emma la clown :
Formée à l’école Jacques Lecoq (Paris), Meriem Menant a construit peu à peu son personnage d’EMMA LA CLOWN en duo, puis en solo. Elle est intervenue en Afghanistan en collaboration avec l’association humanitaire « Clowns sans frontières ». Depuis 1997, elle a créé 7 soli et un spectacle de chansons avec trois musiciens qu’elle joue partout en France et à l’étranger. Elle tourne aussi régulièrement avec Catherine Dolto depuis 2005 avec des spectacles comme La Conférence, où il est question de « l’état de clown » et d’haptonomie, Symposium : Tout sur l’Amour ou Z’humains. Elle a publié en 2015 « Emma est moi ».

 

Atterrissage forcé dans les champs quantiques

Dimanche 3 décembre 2017, 11h, Théâtre de la Reine Blanche, 2 bis Passage Ruelle, 75018 Paris –
Métro La Chapelle. 

Les Laborigins

Sur une idée originale de Marie-Odile Monchicourt

Présentent :

Atterrissage forcé dans les champs quantiques

Ou comment un mathématicien et une clown comprennent la physique quantique

Avec le mathématicien Anatole Khelif & Emma la clown

Par « physique quantique » entendez « physique des particules ». Dans cet univers de l’infiniment petit, les particules ne sont ni des particules ni des ondes, ou plutôt des particules et des ondes tout à la fois. Vous n’y comprenez rien ? C’est pas grave ! Paraît que même les physiciens qui nous racontent ces histoires de fous n’y comprennent que dalle. D’ailleurs ils nous disent qu’il ne faut plus parler de particules mais de champs ! Vous voyez ? Non, vous voyez pas ?!  C’est toujours pas grave, le mathématicien Anatole Khelif et Emma la clown vous promettent de vous faire gambader dans les champs quantiques avec la légèreté d’un papillon !!!

LA CAPTATION :

Biographies :

Anatole Khelif :
Mathématicien, enseignant chercheur au CNRS, Université Pierre et Marie Curie, et Université Paris Diderot. Il est avec Alain Tarica, à l’origine du développement du concept des variétés stochastiques. Ils généralisent les variétés dites de Wiemann jusqu’alors disponibles en tant qu’espaces de dimension infinie différentiables munis d’une « mesure ». Le calcul de Malliavin représente pour ces variétés stochastiques un rôle analogue à celui joué par le calcul différentiel classique pour les variétés différentiables. Anatole Khelif a animé ses propres LabOrigins pour nous expliquer les variétés stochastiques et les Degrés ludiques avec Emma la Clown en Février 2016 et en Janvier 2017.

Emma la clown :
Formée à l’école Jacques Lecoq (Paris), Meriem Menant a construit peu à peu son personnage d’EMMA LA CLOWN en duo, puis en solo. Elle est intervenue en Afghanistan en collaboration avec l’association humanitaire « Clowns sans frontières ». Depuis 1997, elle a créé 7 soli et un spectacle de chansons avec trois musiciens qu’elle joue partout en France et à l’étranger. Elle tourne aussi régulièrement avec Catherine Dolto depuis 2005 avec des spectacles comme La Conférence, où il est question de « l’état de clown » et d’haptonomie, Symposium : Tout sur l’Amour ou Z’humains. Elle a publié en 2015 « Emma est moi ».

 

La science & l’imaginaire

Dimanche 12 novembre 2017, à 18h30, au Théâtre de la Reine Blanche – 2 bis Passage Ruelle, 75018 Paris

Avec Serge Brunier (reporter et écrivain, spécialiste d’astronomie), Stéphane Dugowson (mathématicien et philosophe des mathématiques), Nils Thornander (artiste plasticien, vidéaste et compositeur).

Visuel

Depuis ses origines, l’homme rêve, imagine, et se représente le monde avant que de parvenir à le saisir par la science. « On ne peut étudier que ce qu’on a d’abord rêvé », écrivait le grand philosophe des sciences Gaston Bachelard. Cette force de l’imaginaire, dynamique primordiale de l’esprit humain, a toujours coexisté et dialogué avec notre rationalité et nos connaissances scientifiques croissantes.
De l’astronomie aux mathématiques, cette faculté de donner forme à l’inconnu, et de croire à la fécondité de l’impossible, fut même bien souvent moteur de la curiosité et du désir d’explorer notre univers, de franchir les limites de l’entendement, de bouleverser les modèles établis, jusqu’à parfois conduire à de prodigieuses découvertes ! La science a aussi sa part de rêve et d’imagination foisonnante…

C’est ce que propose d’explorer ce nouveau LabOrigins par le jeu d’une rencontre inédite entre d’éminents intervenants, artistes et scientifiques.

Biographies :

Serge Brunier :
Chroniqueur scientifique et reporter-photographe spécialisé dans l’astronomie et l’espace, Serge Brunier est l’auteur de livres traduits en de nombreuses langues. Il collabore notamment au magazine Science & Vie et est chroniqueur sur BFMTV. Il est aussi l’auteur du documentaire La fin des astronautes, diffusé par Arte en août 2012 et du film Le navigateur du ciel, diffusé dans les planétariums. Serge Brunier est le co-auteur et le présentateur de l’émission Entre Terre et ciel, dont les trente épisodes de 26 minutes ont été diffusés sur Arte en 2014 et 2015. La photographie du ciel entier qu’il a réalisée en deux ans de travaux a marqué l’année astronomique internationale en 2009. L’astéroïde 10943 a été nommé 10943 Brunier en son honneur par l’Union astronomique internationale.

Stéphane Dugowson :
Maître de conférence en mathématiques à l’Institut supérieur de mécanique de Paris (Supméca) et docteur de l’université Paris Nord (Histoire et philosophie des sciences), cet agrégé de mathématiques est un ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses et de Lyon. Ses travaux de recherche en topologie catégorique portent principalement sur les notions de frontière et de connexité (espaces connectifs : représentations, feuilletages et dynamiques).

Nils Thornander :
Nils Thornander est un artiste phygital, œuvrant au point de contact des réalités physiques et numériques.
Il poursuit la construction d’un « Continuum » fait de sons, d’images, de concepts, de matières et d’espaces. Ses créations prennent des formes variées, de la musique de film au tableau en passant par la performance ou l’installation.  Ses thématiques, qu’il réunit sous le terme générique de «guerres esthétiques», abordent les questions de territoires, de domaines, d’échelles et de frontières. Son travail fait de l’humain, de ses dimensions physiologiques aussi bien que culturelles, le point de vue depuis lequel il souhaite contempler et représenter une réalité à la complexité croissante.

Réservation en ligne : Théâtre de la Reine Blancheou par téléphone : 01 40 05 06 96

 

L’émergence de l’Humanité au fil de l’évolution

Samedi 14 octobre 2017 à 21h, Centre Événementiel de Courbevoie.

LabOrigins produit dans le cadre de la 7e édition du Festival Atmosphères.

Avec : Jean-Claude Ameisen (biologiste, Institut des humanités, Université Paris-Diderot), Bruno Maureille (paléoanthropologue, Université Bordeaux I), Pierre-Henri Gouyon (généticien évolutionniste, Muséum national d’Histoire naturelle), Luc-Alain Giraldeau (éthologue, Université du Québec à Montréal), Elisabeth Daynès (artiste plasticienne), Cédric Perras (musicien et compositeur), Mesparrow (chanteuse), Fanny Menegoz (flûtiste), Mabu & Clara (danseurs).

 

 

Daynès
Il y a sept millions d’années, au cœur de l’Afrique centrale, notre plus vieil ancêtre, Toumaï, dont le nom signifie « espoir de vie », se mit à se redresser, à se mouvoir sur ses membres postérieurs et à porter son regard loin vers l’horizon. Cet horizon est aujourd’hui notre présent. Dans l’épaisseur du temps résonne l’écho de ces vies lointaines qui ont porté en germe la naissance de notre espèce, Homo sapiens. Si nous devons notre merveilleuse existence au fruit de l’évolution des centaines de milliers de générations qui nous ont précédés, elle ne peut néanmoins s’appréhender sans comprendre l’interdépendance qui nous lie au reste de la biosphère. Le climat, la faune, la flore, furent et continuent d’être des acteurs essentiels de cette grande aventure, passée et en devenir.

Ce LabOrigins invite ainsi à explorer la profondeur des âges de l’Humanité, à découvrir les liens qui nous unissent à la diversité des espèces, et à se saisir de cette extraordinaire histoire pour mieux dessiner un avenir prospère, favorable et commun à l’ensemble du vivant.

Aux récits captivants des scientifiques, se conjugueront les univers d’étonnants artistes. Elisabeth Daynès, artiste plasticienne spécialisée dans la reconstitution hyperréaliste d’hominidés, rendra présente, sur scène et dans notre imaginaire, l’âme de nos ancêtres. Leur univers sonore, qui joua un rôle primordial dans leur développement, sera ravivé et la musique se fera conteuse de cette grande histoire. Cédric Perras, Fanny Menegoz et Mesparrow feront retentir le chant de notre lointaine aurore. Emporté par cette symphonie des origines, le danseur Manuel Buffon, dit Mabu Plume, et sa partenaire Clara, oscillant entre une danse aérienne et terrestre, féline et cadencée, révéleront toute la force et la noblesse de l’anatomie humaine, née de cette évolution.

Biographies :

Jean-Claude Ameisen
Jean Claude Ameisen est un médecin, immunologiste et chercheur en biologie. Il est directeur du Centre d’études du vivant de l’Institut des humanités de Paris de l’université Paris Diderot et président d’honneur du Comité consultatif national d’éthique. On peut le retrouver tous les samedis à 11h sur France-inter pour son émission « Sur les épaules de Darwin »

Bruno Maureille
Bruno Maureille est docteur en Anthropologie biologique de l’Université Bordeaux 1. Il est directeur de recherche au CNRS et a été directeur du laboratoire PACEA associant l’Université de Bordeaux, le CNRS et le Ministère de la Culture. Codirecteur de 2011 à 2015 du labex LaScArBx, il est depuis 2016 le directeur de la Fédération des Sciences Archéologiques de Bordeaux. Il est spécialiste de l’évolution biologique humaine et particulièrement de celle de la lignée néandertalienne et des Hommes modernes. Il mène aussi des recherches sur la diversité des comportements des Préhistoriques envers leurs morts. En 2016, il publie Origines de l’humanité : les nouveaux scénarios, Paris : La Ville brûle, en collaboration avec J. Braga, C. Cohen et N. Teyssandier.

Pierre-Henri Gouyon
Généticien évolutionniste, professeur au Museum national d’Histoire naturelle, à l’AgroParisTech et à Sciences Po, Pierre-Henri Gouyon réalise ses recherches au sein du laboratoire ISEB (Institut de Systématique, Évolution & Biodiversité). Il donne de nombreuses conférences sur les questions ayant trait à l’évolution, à la génétique, à l’écologie, à la biodiversité et à la bioéthique. Il est largement impliqué dans les débats concernant les relations science et société.

Luc-Alain Giraldeau
Luc-Alain Giraldeau est éthologue, professeur au Département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal et doyen de la Faculté des sciences. Lauréat du prix Geoffroy-Saint-Hilaire de la Société française pour l’étude du comportement animal et du Prix Carrière en recherche de l’Université du Québec, il a publié Le Comportement animal (Dunod), Les Sociétés animales. Lions, fourmis et ouistitis (Le Pommier), L’Écologie en ville (Fides) et Dans l’œil du pigeon (Le Pommier). Luc-Alain Giraldeau a été nommé directeur général de l’Institut national de la recherche scientifique en 2017.

Elisabeth Daynès
Élisabeth Daynès est sculptrice et plasticienne. Elle est spécialiste de la reconstitution de personnages anthropomorphiques et a fourni des mannequins et figures pour de nombreux musées du monde, notamment des hominidés préhistoriques souvent réalisés en silicone par dermoplastie, ce qui lui vaut le titre de « paléoartiste » ou « paléoplasticienne ». L’exposition annuelle 2012 du musée départemental de Préhistoire d’Île-de-France de Nemours, intitulée L’identité retrouvée, les reconstructions anatomiques d’Élisabeth Daynès , est une rétrospective de ses travaux. www.daynes.com/fr

Mesparrow
Marion Gaume (alias Mesparrow) est une auteur-compositeur-interprète. Elle publie son premier EP en 2011 et son premier disque Keep this moment alive en 2013.  Un joli succès pour ce premier disque où l’artiste laissait déjà entrevoir un univers inspiré, nourri de son parcours mêlant Beaux-Arts et musique. En 2016, parait son deuxième album Jungle contemporaine, entrelacs délicat de patterns électroniques -souvent minimalistes et élégants (à l’image de ses prestations scéniques)- sur lesquels la jeune femme joue à moduler sa voix. La nouvelle voix de la jungle ? www.mesparrowmusic.com

Fanny Menegoz 
Fanny Menegoz est flûtiste et chanteuse. Elle se forme à travers l’apprentissage du classique, successivement dans les conservatoires de Chambéry (où elle obtient un DEM de flûte traversière classique) et Rueil Malmaison (où elle obtient un prix d’instrument), ainsi que celui du jazz, au CRR de Chambéry puis de Paris. Elle gagne en 2009 le prix Marion Bourgine dans le cadre du stage de jazz de Marciac. Elle joue et/ou compose au sein de plusieurs formations, tel que « L’Aquarium Orchestra », le « Michelangelo Pagnano Quartet », « La Substance », « Ozquartet », « Palace of mirrors ». Elle travaille également avec la comédienne japonaise Hiromi Asaï sur des contes japonais mis en musique (résidence au centre de recherche théâtrale « Le relais » en octobre 2011), ainsi qu’avec la compagnie de danse hip hop contemporaine « Mood/RV6K ».

Cédric Perras
Entre la scène, la composition et les arrangements, Cédric Perras a collaboré avec des réalisateurs tels que Jules Lahana, Hazem Berrabah ou Lotfi Bouchouchi et créé des bandes originales de courts et longs-métrages. Il compose et joue en live pour des spectacles de danse et de cirque (Académie Fratellini, Compagnie Hervé Sika). Son intérêt pour les musiques actuelles l’a amené à réaliser, arranger ou composer pour différents projets (Giedré, Beez, Lippie). Multi-instrumentiste, influencé par le rock et les musiques du monde, il est également attiré par les bandes originales minimalistes et méditatives (Gustavo Santaolalla), et les textures et ambiances électroniques (Nicolas Jaar, Jacaszek, Murcof).

Mabu & Clara
Clara et Mabu forment un duo aux influences de danses hip-hop, contemporaines et expérimentales. L’association des deux est riche en émotions.

Du mythe à la science

Mardi 4 juillet 2017 à 20h, salle Jacques Tati, Orsay.

LabOrigins organisé dans le cadre du 24e Congrès de la Société Française de Physique.

Avec Stavros Katsanevas (physicien), Etienne Klein (physicien et philosophe), Heinz Wismann (philosophe et philologue), Cédric Perras (musicien et compositeur), Maelle Rochut (harpiste) et Mabu Plume (danseur).

Dès le VIe siècle avant notre ère, de Milet à Crotone, les rivages méditerranéens du monde grec virent naître quelques flamboyants esprits dotés d’extraordinaires intuitions. Thalès, Anaximandre ou Pythagore marquèrent un tournant décisif dans l’histoire de la pensée en édifiant une façon nouvelle d’interroger, d’explorer et de comprendre le monde, en rupture avec les discours mythologiques. Les mythes fondateurs ne résonnant plus qu’en un lointain écho, la prospérité des arts et la philosophie naissante engendrèrent le terreau propice à l’émergence de la science et de sa véritable épopée.

Comment est-on passé du cosmos des dieux et des métamorphoses à celui des mathématiques et des lois naturelles ? Comment la science moderne, de Galilée à Einstein, a-t-elle accueilli et questionné cet héritage ?  Emporté par la musique de Cédric Perras et de Maelle Rochut, et par la danse de Mabu Plume, ce LabOrigins invite à la traversée de cette grande aventure de la pensée scientifique, des origines à nos jours.

0001

 

Biographies :

Etienne Klein 
Physicien et docteur en philosophie des sciences, Etienne Klein est actuellement directeur de recherches au CEA, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives. Il est aussi professeur à l’Ecole Centrale de Paris et dirige le Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière du CEA (LARSIM). Il a par ailleurs publié plusieurs essais sur la physique et la question du temps.

Heinz Wismann
Philologue et philosophe, Heinz Wismann est spécialiste d’herméneutique et d’histoire des traditions savantes. Directeur d’études émérite à l’EHESS et ancien directeur de l’Institut protestant de recherches interdisciplinaires de Heidelberg, il a travaillé principalement sur la pensée antique (Parménide, Héraclite, Démocrite, Platon), la postérité du criticisme kantien (Humboldt, Schleiermacher, Dilthey, Cassirer, Benjamin) et sur la théorie de la connaissance historique. Il a été directeur de la collection « Passages » aux Éditions du Cerf de 1986 à 2007.

Stavros Katsanevas
Physicien, professeur à l’Université Paris VII Denis Diderot, Stavros Katsanevas est directeur du laboratoire Astroparticules et Cosmologie (APC). Il a travaillé pour plusieurs expériences aux accélérateurs de Fermilab (US) et du CERN ainsi que pour  des expériences des Astroparticules. De 2002 à 2012 il fut directeur adjoint Scientifique à l’Institut National de Physique Nucléaire (IN2P3), responsable pour l’astroparticule et la cosmologie et de 2012 à 2015 président du Consortium Européen de la Physique des AstroParticules. (APPEC).

Cédric Perras
Entre la scène, la composition et les arrangements, Cédric Perras a collaboré avec des réalisateurs tels que Jules Lahana, Hazem Berrabah ou Lotfi Bouchouchi et créé des bandes originales de courts et longs-métrages. Il compose et joue en live pour des spectacles de danse et de cirque (Académie Fratellini, Compagnie Hervé Sika). Son intérêt pour les musiques actuelles l’a amené à réaliser, arranger ou composer pour différents projets (Giedré, Beez, Lippie). Multi-instrumentiste, influencé par le rock et les musiques du monde, il est également attiré par les bandes originales minimalistes et méditatives (Gustavo Santaolalla), et les textures et ambiances électroniques (Nicolas Jaar, Jacaszek, Murcof).

Mabu Plume
Mabu est un danseur autodidacte aux diverses influences de danses urbaines, contemporaines et abstraites.  Technique, ressenti et émotion se rejoignent en un élément, l’expression du corps.

Maelle Rochut
Musicienne et pédagogue, Maelle Rochut accorde une place importante à la musique de chambre. Elle joue dans différentes formations dont le Duo Nephtys (flûte et harpe), le Trio Amalfia (flûte, alto et harpe) et le Duo Cordae (guitare et harpe). Elle se produit également en orchestre: Orchestre National de Belgique, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Orchestre Colonne. Maelle Rochut s’est formée au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles où elle obtient en 2010 un « Master de harpe avec grande distinction ». Elle est titulaire d’une Agrégation et d’un DE de harpe. Elle enseigne la harpe aux conservatoires de musique de Palaiseau et Antony.

Les bosons, pour des origines co(s)miques…!

Dimanche 25 juin 2017 à 17h au Théâtre de la Reine Blanche

Il y a des physiciens qui étudient le boson de Higgs, découvert en 2012, mais il y a aussi ceux qui étudient les bosons W et Z… Il est impossible de les voir ou de les toucher, ils sont totalement invisibles et pourtant leur existence est indispensable à l’émergence de tout ce qui constitue notre Univers. Qui sont-ils ? Où se cachent-ils ? A quoi ressemblent-ils ? Comment déceler leur présence ? Telles seront les questions auxquelles tenteront de répondre avec délice la physicienne des particules, Nathalie Besson et la clown Gabrielle.

8 Emilie
9 Nathalie

Liées depuis des années par la complicité et l’amitié, Nathalie Besson et la clown Gabrielle ont accepté d’unir leurs talents et de jouer le jeu des LabOrigins en nous faisant découvrir l’univers étrange des particules élémentaires, à l’origine de notre grande histoire commune.

Biographies :

Nathalie Besson 
Je suis physicienne des particules au CEA à l’Irfu (l’institut de recherche sur les lois fondamentales de l’univers). J’ai fait ma thèse sur les neutrinos et puis je suis passée à plus massif avec d’abord le boson de Higgs au LEP puis les bosons Z et W au LHC dans l’expérience Atlas. J’enseigne aussi la relativité restreinte et la physique des particules à l’École Centrale et j’adore parler de mon sujet de prédilection et de mon métier. Sinon, je suis fan d’opéra, de théâtre et de musique classique, et de voyages !

« Je pense que les physiciens sont les Peter Pan de l’humanité. Ils ne grandissent jamais et restent toujours curieux. »  Isidor Isaac Rabi

Emilie Trasente
Après une formation de théâtre classique au cours Florent, elle découvre le clown en 2011 lors d’un stage au Samovar. C’est la révélation ! La même année elle décide de fonder La Compagnie Tout Contre pour créer des spectacles alliant humour et poésie. Elle continue sa recherche artistique autour du clown aux côtés de Catherine Germain, François Cervantes et Vincent Rouche. Elle a écrit plusieurs solo et duo avec son personnage de Gabrielle, notamment « Ivre d »infinis » mis en scène par Philippe Naud, qu’elle a présenté en 2014 au Laborigins à Enghiens les bains puis au Théâtre de la Reine Blanche. Le spectacle est en tournée à partir de la rentrée 2017, notamment pour la Fête de la science à Rambouillet et à Saclay. En parallèle, elle est professeur de théâtre et formatrice en entreprise. Partager la jubilation de la scène, développer la créativité auprès d’un public enfants ou adultes sont les deux moteurs de son activité.

« L’enfant rêveur connaît la rêverie cosmique, celle qui unit au monde. » Gaston Bachelard

 

Le mouvement : aux origines de ceux qui dansent au rythme de l’espace-temps

Dimanche 26 mars 2017 à 17h au Théâtre de la Reine Blanche Paris 18ème

Avec Jean-Pierre Bibring (astrophysicien, chef de mission Rosetta/Philae), Pascal Bernard (sismologue), Yann Brouet (planétologue et break dancer), Mabu Plume (danseur) et Charles Réveillère (étudiant philosophe à l’Ecole normale supérieure).

«  Et pourtant elle tourne ! » se serait exclamé Galilée à l’heure de son procès, ses juges refusant d’admettre que la Terre puisse être éjectée du centre de l’Univers partageant ainsi une destinée commune à tous les astres. Puis après des décennies avec Newton et des siècles avec Einstein, tous les objets célestes se mirent à tourner… tourner… tourner… nous emportant nous-mêmes, et à des vitesses de plus en plus grandes, dans un fabuleux ballet cosmique, sur une Terre mouvante, elle-même en perpétuelle transformation, une transformation essentielle aux vivants.

Ce LabOrigins,  qui nous entraînera dans la course effrénée des objets célestes, sera rythmé par les chorégraphies du danseur Mabu Plume et de Yann Brouet,  break dancer et astrophysicien.

FullSizeRender2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«… Je m’appelle Yann Brouet, 28 ans, je suis post-doc à l’Université de Bern en Suisse et je travaille sur l’interprétation des données radar de la sonde Rosetta à partir de mesures en laboratoire. Votre projet de diffusion de la science par le biais du spectacle vivant m’a interpellé. Moi même artiste de scène depuis 10 ans (danseur, acrobate, cascadeur) vos projets m’intéressent…” (mail de Yann Brouet envoyé après avoir découvert sur France-Inter l’existence des LabOrigins)