Du mythe à la science

Mardi 4 juillet 2017 à 20h, salle Jacques Tati, Orsay.

LabOrigins organisé dans le cadre du 24e Congrès de la Société Française de Physique.

Avec Stavros Katsanevas (physicien), Etienne Klein (physicien et philosophe), Heinz Wismann (philosophe et philologue), Cédric Perras (musicien et compositeur), Maelle Rochut (harpiste) et Mabu Plume (danseur).

Dès le VIe siècle avant notre ère, de Milet à Crotone, les rivages méditerranéens du monde grec virent naître quelques flamboyants esprits dotés d’extraordinaires intuitions. Thalès, Anaximandre ou Pythagore marquèrent un tournant décisif dans l’histoire de la pensée en édifiant une façon nouvelle d’interroger, d’explorer et de comprendre le monde, en rupture avec les discours mythologiques. Les mythes fondateurs ne résonnant plus qu’en un lointain écho, la prospérité des arts et la philosophie naissante engendrèrent le terreau propice à l’émergence de la science et de sa véritable épopée.

Comment est-on passé du cosmos des dieux et des métamorphoses à celui des mathématiques et des lois naturelles ? Comment la science moderne, de Galilée à Einstein, a-t-elle accueilli et questionné cet héritage ?  Emporté par la musique de Cédric Perras et de Maelle Rochut, et par la danse de Mabu Plume, ce LabOrigins invite à la traversée de cette grande aventure de la pensée scientifique, des origines à nos jours.

0001

 

Biographies :

Etienne Klein 
Physicien et docteur en philosophie des sciences, Etienne Klein est actuellement directeur de recherches au CEA, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives. Il est aussi professeur à l’Ecole Centrale de Paris et dirige le Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière du CEA (LARSIM). Il a par ailleurs publié plusieurs essais sur la physique et la question du temps.

Heinz Wismann
Philologue et philosophe, Heinz Wismann est directeur d’études émérite à l’EHESS. Ses recherches portent essentiellement sur l’herméneutique et l’histoire de la pensée allemande. Il a dirigé la collection « Passages » aux Editions du Cerf de 1986 à 2007. Esprit européen, bâtisseur de paix entre les peuples, il a beaucoup réfléchi sur les langues, dans l’au-delà des langues, à propos des traditions et des cultures européennes, afin de maintenir entre elles leur difficile cohésion, tout en préservant leurs différences ainsi que leurs singularités, et cela malgré leurs contradictions.

Stavros Katsanevas
Physicien, professeur à l’Université Paris VII Denis Diderot, Stavros Katsanevas est directeur du laboratoire Astroparticules et Cosmologie (APC). En 2000, il a reçu le prix de physique de l’Académie d’Athènes pour ses travaux sur la supersymétrie.

Cédric Perras
Entre la scène, la composition et les arrangements, Cédric Perras a collaboré avec des réalisateurs tels que Jules Lahana, Hazem Berrabah ou Lotfi Bouchouchi et créé des bandes originales de courts et longs-métrages. Il compose et joue en live pour des spectacles de danse et de cirque (Académie Fratellini, Compagnie Hervé Sika). Son intérêt pour les musiques actuelles l’a amené à réaliser, arranger ou composer pour différents projets (Giedré, Beez, Lippie). Multi-instrumentiste, influencé par le rock et les musiques du monde, il est également attiré par les bandes originales minimalistes et méditatives (Gustavo Santaolalla), et les textures et ambiances électroniques (Nicolas Jaar, Jacaszek, Murcof).

Mabu Plume
Mabu est un danseur autodidacte aux diverses influences de danses urbaines, contemporaines et abstraites.  Technique, ressenti et émotion se rejoignent en un élément, l’expression du corps.

Maelle Rochut
Musicienne et pédagogue, Maelle Rochut accorde une place importante à la musique de chambre. Elle joue dans différentes formations dont le Duo Nephtys (flûte et harpe), le Trio Amalfia (flûte, alto et harpe) et le Duo Cordae (guitare et harpe). Elle se produit également en orchestre: Orchestre National de Belgique, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Orchestre Colonne. Maelle Rochut s’est formée au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles où elle obtient en 2010 un « Master de harpe avec grande distinction ». Elle est titulaire d’une Agrégation et d’un DE de harpe. Elle enseigne la harpe aux conservatoires de musique de Palaiseau et Antony.

Les bosons, pour des origines co(s)miques…!

Dimanche 25 juin 2017 à 17h au Théâtre de la Reine Blanche

Il y a des physiciens qui étudient le boson de Higgs, découvert en 2012, mais il y a aussi ceux qui étudient les bosons W et Z… Il est impossible de les voir ou de les toucher, ils sont totalement invisibles et pourtant leur existence est indispensable à l’émergence de tout ce qui constitue notre Univers. Qui sont-ils ? Où se cachent-ils ? A quoi ressemblent-ils ? Comment déceler leur présence ? Telles seront les questions auxquelles tenteront de répondre avec délice la physicienne des particules, Nathalie Besson et la clown Gabrielle.

8 Emilie
9 Nathalie

Liées depuis des années par la complicité et l’amitié, Nathalie Besson et la clown Gabrielle ont accepté d’unir leurs talents et de jouer le jeu des LabOrigins en nous faisant découvrir l’univers étrange des particules élémentaires, à l’origine de notre grande histoire commune.

Biographies :

Nathalie Besson 
Je suis physicienne des particules au CEA à l’Irfu (l’institut de recherche sur les lois fondamentales de l’univers). J’ai fait ma thèse sur les neutrinos et puis je suis passée à plus massif avec d’abord le boson de Higgs au LEP puis les bosons Z et W au LHC dans l’expérience Atlas. J’enseigne aussi la relativité restreinte et la physique des particules à l’École Centrale et j’adore parler de mon sujet de prédilection et de mon métier. Sinon, je suis fan d’opéra, de théâtre et de musique classique, et de voyages !

« Je pense que les physiciens sont les Peter Pan de l’humanité. Ils ne grandissent jamais et restent toujours curieux. »  Isidor Isaac Rabi

Emilie Trasente
Après une formation de théâtre classique au cours Florent, elle découvre le clown en 2011 lors d’un stage au Samovar. C’est la révélation ! La même année elle décide de fonder La Compagnie Tout Contre pour créer des spectacles alliant humour et poésie. Elle continue sa recherche artistique autour du clown aux côtés de Catherine Germain, François Cervantes et Vincent Rouche. Elle a écrit plusieurs solo et duo avec son personnage de Gabrielle, notamment « Ivre d »infinis » mis en scène par Philippe Naud, qu’elle a présenté en 2014 au Laborigins à Enghiens les bains puis au Théâtre de la Reine Blanche. Le spectacle est en tournée à partir de la rentrée 2017, notamment pour la Fête de la science à Rambouillet et à Saclay. En parallèle, elle est professeur de théâtre et formatrice en entreprise. Partager la jubilation de la scène, développer la créativité auprès d’un public enfants ou adultes sont les deux moteurs de son activité.

« L’enfant rêveur connaît la rêverie cosmique, celle qui unit au monde. » Gaston Bachelard

 

Les ondes, aux origines de la magie des mondes.

Le 21 mars 2017 à la Halle aux Grains, Blois.

 

Les scientifiques :
le biologiste Pierre Sonigo, le mathématicien Stéphane Dugowson, le cosmologiste Marc Lachièze Rey.

Les artistes :
« La fabrique imaginaire » d’Eve Bonfanti et Yves Hunstad auteurs et acteurs de théâtre, accompagnés de Lola Bonfanti chanteuse et musicienne. http://www.fabriqueimaginaire.com/index.php?page=fabrique

En 1916, il y a tout juste cent ans,  Albert Einstein nous offrait la théorie de la relativité générale. Un monument de l’intelligence humaine qui devait bouleverser notre représentation du monde.  Mais encore fallait-il démontrer l’existence de tous les processus ou phénomènes qui devaient en découler. Parmi eux : les ondes gravitationnelles !

L’histoire commence par une danse ! Il y a 1,3 milliards d’années deux trous noirs tournaient l’un autour de l’autre. D’abord très lentement puis de plus en plus vite pour finalement se percuter et fusionner avec une violence rarement égalée dans l’Univers. Pendant une fraction de seconde, cette collision produisit une vibration de l’espace-temps d’où surgirent des ondes gravitationnelles. Le 11 février 2016, plusieurs équipes de chercheurs participant aux expériences LIGO et VIRGO nous ont annoncé leur extraordinaire découverte, qu’Albert Einstein lui-même pensait impossible.

Cette existence pour la première fois révélée nous entraîne vers l’exploration gravitationnelle plutôt que lumineuse du cosmos ouvrant ainsi pour la première fois un regard sur l’invisible, dimension à la fois physique, métaphysique, magique, philosophique et spirituelle.

Les LabOrigins sont des spectacles qui nous font part des dernières découvertes ou théories liées à nos origines par le biais d’une rencontre inédite entre des scientifiques et des artistes. La richesse de ces « dialogues » inattendus sublimés par l’expression artistique, permet à chacun de se laisser glisser avec légèreté dans des univers souvent réputés inaccessibles. Les LabOrigins sont des spectacles qui ne se reproduisent jamais deux fois.

 Black Hole Merger Simulation

Image credit: The SXS (Simulating eXtreme Spacetimes) Project

Aux origines de la conscience écologique

Les chercheurs scientifiques spécialistes des fonds marins : Françoise Gaill, Robert Bunet docteur en biologie moléculaire, Nardo Vicente responsable scientifique de l’institut océanographique Paul Ricard, et le philosophe Pierre Caye nous font plonger à la source de notre conscience écologique…

Françoise Gaill, Robert Bunet docteur en biologie moléculaire, Nardo Vicente responsable scientifique de l’institut océanographique Paul Ricard, Pierre Caye philosophe,

Le 9 Juillet 2016, sur l’île des Embiez (Var) les LabOrigins ont contribué à fêter les 50 ans de l’Institut océanographique créé par Paul Ricard et présidé par sa petite-fille, Patricia Ricard.

Tout a commencé dans les années 60. Dans les années 60, nous étions à l’heure où l’Occident faisait ses premiers pas sur la Lune, découvrait sa propre planète vue de l’espace, et s’enthousiasmait du paradis que nous promettait l’ère industrielle en pleine explosion. Dans les années 60 nous étions à l’heure où le mouvement hippie se répandait à travers le monde ensemençant sur son passage des rêves de paix et d’amour, de liberté et de respect de la nature. Pendant ces années 60 où tous les espoirs étaient encore permis, dans un sens comme dans un autre, il y avait quelques marginaux, qui n’étaient aveuglés ni par les développements industriels les plus époustouflants, ni par les rêves hippies les plus utopiques et qui s’émerveillaient comme des enfants en découvrant pour la première fois, les faunes et les flores méditerranéennes. Mais, très vite, ces marginaux se sont aperçu que cette nature qui avait tout inventé, même la beauté, pour assurer sa propre survie, était dramatiquement mise en danger par toutes les pollutions liées aux activités humaines.

Parmi ces pionniers il y avait Paul Ricard que nous fêtons sur son île, l’île des Embiez où il planta la graine d’une fleur qui ne cessera jamais plus de grandir et que nous appelons « la conscience écologique.

Images Chloé Champion, Chant et flûte Maia Barouh,  Clavier Cédric Perras, Percussions Silvano Michelino, Simon Oriot ingénieur du son

 

Des impacts météoritiques aux émergences de la vie

Ce LabOrigins consacré aux météorites, nous donnera l’occasion de découvrir les processus hasardeux qui ont permis à la Terre de disposer de toutes les conditions nécessaires à l’émergence de la vie et à la diversification des espèces. Les artistes nous permettront d’être immergés dans un univers sonore et visuel propice à l’ouverture de tous nos imaginaires, tandis que les scientifiques, Jean-Pierre Bibring (Astrophysicien) et Philippe Lambert (Astrogéologue) nous démontreront le caractère essentiel des impacts météoritiques sur notre présence sur Terre.

Découvrez la vidéo intégrale de ce Laborigins >>

Les participants, chercheurs et artistes >>

Philippe Lambert (Astrogéologue) est Spécialiste international du comportement des matériaux aux ondes de choc et ancien chercheur à la NASA, Philippe Lambert est Conseiller Scientifique de la Réserve Naturelle Nationale de l’Astroblème de Rochechouart- Chassenon, Directeur du CRIR (centre de recherche sur les impacts et sur Rochechouart) et, depuis plus de 40 ans, le principal acteur français de la littérature scientifique sur la géologie des impacts. Il parlera des « impacts », phénomène géologique « universel » et ses conséquences y compris sur le vivant.

Jean-Pierre Bibring (Astrophysicien) est Professeur de physique à l’Université Paris-Sud, et astrophysicien à l’IAS (l’Institut d’astrophysique spatiale) d’Orsay. Il est intervenu au plus haut niveau sur plusieurs programmes spatiaux. Il collabore avec la NASA sur la mission « Mars Reconnaissance Orbiter », en orbite autour de Mars, ainsi que sur les missions « Venus Express » et « Mars Express » de l’ESA (l’Agence spatiale européenne). Il est le responsable scientifique français de Philae, l’atterrisseur de la sonde Rosetta, première sonde dans l’histoire à se mettre en orbite autour d’une comète, à l’escorter autour du Soleil, et à déployer un atterrisseur à sa surface.

Joëlle Koundé (chanteuse) Choriste et danseuse pour de nombreux artistes (Manu Dibango, Céline Dion, Mariah Carey, Ophélie Winter…) en France et à l’international, cette chanteuse et musicienne aux influences jazz et soul mêlera sa voix aux univers sonores créés par l’Ensemble Hope.

Alexis Epron (Grand témoin) Face à la nouvelle vision du monde telle qu’elle nous est racontée par les chercheurs dans les LabOrigins, le grand témoin nous questionne sur la place de l’Homme dans ce monde en évolution permanente.

Ensemble Hope (Musique contemporaine) se dédie à la création musicale contemporaine. Le Cristal et les Sculptures Sonores Baschet sont la base de leur parc instrumental. Pour ce LabOrigins, ils y associeront des sons en provenance du système solaire fournis par la NASA.

Conception et animation : Marie-Odile Monchicourt

Ce LabOrigins a été organisé par le Lycée Paul ELUARD de Saint Junien le Mardi 10 mai 2016  à LA MEGISSERIE 87200 SAINT-JUNIEN

Les origines du langage

 

Le langage, la plus grande invention des hommes !

Quand ont-ils voulu nommer ce qu’ils vivaient, ce qu’ils pensaient, ce qu’ils souffraient ou ce(ux) qu’ils aimaient ? Quels sont ces processus physiques et biologiques, qui ont permis à des hominidés de créer l’outil qui devait leur permettre de combattre tous les dangers jusqu’à dominer le monde ?

Ce LabOrigins sur le langage fut une performance unique. Les spectateurs et les scientifiques furent immergés dans une atmosphère artistique emmenée par plusieurs expressions : Celles des musiciens Massimo Trasente et Bruno Kerhoas, et du mime Philippe Naud. Sur scène, des chercheurs de tous bords nous ont fait part avec jubilation de leurs découvertes concernant les origines du langage, dont notamment :

le mathématicien Stéphane Dugowson, la préhistorienne Marylène Patou-Mathis, le neuroscientifique Sebastien Bohler et le philosophe Pierre-Louis Desprez

 

Sculptures de l'Atelier Daynes, Photographie de P. Plailly

Sculptures de l’Atelier Daynes, Photographie de P. Plailly

Sur cette photo est représentée la famille des hominidés ayant participé à l’histoire de nos origines humaines sur une échelle de temps de 6 millions d’années. Ces impressionnantes sculptures sont d’Elisabeth Daynes de l’Atelier Daynes. Cette image notre Labo Origins consacré aux Origines du langage, du 7 Avril 2016 au Théâtre La Reine Blanche, scène des arts et des sciences.

 

 

Les variétés stochastiques, une réponse à la question de nos origines

Il était temps pour nous de vous offrir un voyage ébouriffé dans les délices des variétés stochastiques !!! Ce spectacle LabOrigins d’un nouveau genre fut autant mathémathique que poétique. Chaque spectateur ainsi plongé dans l’univers de la géométrie fut invité à imaginer l’espace des possibles…
L’expérience menée à l’occasion du Labo Origins du 7 février fut exceptionnelle. Elle était menée par deux acteurs : un grand mathématicien, Anatole Khelif et une grande artiste, Emma la clown. Liés depuis des années par la complicité et l’amitié, ils ont accepté d’unir leurs talents et de jouer le jeu de nos LabOrigins en nous faisant voyager avec rires et délice dans l’univers complexe des « variétés stochastiques », outil de mesure de l’infinité des possibles.

Le plancton aux origines de la vie

Dans le cadre de la COP21, la Fondation VEOLIA, la Fondation Prince Albert II de Monaco et TARA Expéditions ont demandé à Marie-Odile Monchicourt d’organiser un LabOrigins à l’occasion du retour de la Goélette TARA et des récentes découvertes autour des protistes et de l’origine de la vie. Depuis septembre 2009, Tara s’est lancée dans un tour du monde de trois ans, financé sur fonds privés. Le projet scientifique, soutenu par le CNRS, consiste à récolter dans toutes les provinces océaniques ce plancton mystérieux pour en étudier les génomes.
Ce très beau labOrigins Véolia/TARA a réunis les scientifiques Gilles Bœuf, biologiste français, spécialiste des recherches au sein de l’unité « Biologie intégrative des organismes marins » et Colomban de Vargas, océanographe franco-suisse qui a participé à la mission Tara, à travers les océans du globe.
Pendant leurs interventions, les artistes : Maïa Barouh chanteuse et flutiste, Léo Komazawa à la percussion, Cédric Perras au clavier et Vixious Pataglitch vidéo Jockey nous ont tous immergé dans une atmosphère propice à la libération de notre propre voyage initiatique au fond des océans.

Les origines de la conscience et de la pensée

Dans le cadre de la semaine « Scène de sciences », le Théâtre de la Reine Blanche a accueilli à guichet fermé, le Labo Origins intitulé « les origines de la conscience et de la pensée ». Il y avait le neuroscientifique Sébastien Bohler, le biophysicien Stéphane Douady, le philosophe Pierre-Louis Desprez et le mathématicien Stéphane Dugowson. Chacun d’entre eux, dans sa spécialité, nous a communiqué une version spécifique de la conscience et de la pensée ; Et parmi les artistes qui ont improvisé en direct, nous avons pu observer la construction d’une œuvre du street-artist MG La Bomba, la vidéo projection d’images du vidéo jockey Vixious Pataglitch, enfin, les musiciens du Groupe de jazz LML trio, ont contribué à plonger spectateurs et scientifiques dans une atmosphère artistique propice à l a libération de nos imaginaires.

L’origine du climat et de la vie sur Terre

Dans le cadre du FESTIVAL ATMOSPHERES, en présence de sa marraine, Marion Cotillard, sur le thème des origines du climat et de la vie, nous avions la chance d’avoir réunis sur scène de manière inédite, l’astrophysicien Jean-Pierre Bibring, le biophysicien Vincent Fleury, le biologiste Pierre-Henri Gouyon et le physicien Michel Spiro. Il y avait aussi un philosophe, Pierre-Louis Deprez. Et parmi les artistes : la flutiste et chanteuse Maïa Barouh ; le percussionniste Léo Komasawa, le compositeur Cedric Perraz, la cantatrice Lucile Vignon et le street artist Codex Urbanus.
Dans une superbe salle de 1.000 places. Les jeunes, présents lors de ce spectacle, ont confié avec enthousiasme à Pascal SIGNOLET, créateur de ce festival : « On attendait qu’on nous parle de science comme cela ! »
En nous « contant » en direct les dernières découvertes ou théories liées à nos origines, les chercheurs, présents sur scène, nous ont fait partager les questions qui les hantent : d’où venons nous ? Qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que la conscience ?
Les scientifiques nous interrogent ainsi sur notre appartenance à l’Univers. Des artistes (musiciens, danseurs, peintres…) qui acceptent de se prêter au jeu de l’improvisation, nous font partager le monde émotionnel qu’une telle source d’inspiration fait surgir en eux.